Soutenance de thèse de ANY BELTRAN ANZOLA

Ecole Doctorale
Sciences de la Vie et de la Santé
Spécialité
Biologie-Santé - Spécialité Recherche Clinique et Santé Publique
établissement
Aix-Marseille Université
Mots Clés
Assistance Médicale à la Procréation,Santé périnatale,Anomalies congénitales,Hypotrophie pondérale par rapport à l’âge gestationnel,Hypertrophie pondérale par rapport à l’âge gestationnel,
Keywords
Assisted reproductive technologies,Perinatal health,Congenital anomalies,Small for gestational age,Large for gestational age,
Titre de thèse
Évaluation de l'état de santé périnatal des enfants nés après Assistance Médicale à la Procréation : trois études transversales réalisées à partir d'une cohorte monocentrique incluant 3829 issues de grossesse
Evaluation of the perinatal health of children born after assisted reproductive technologies: three cross-sectional studies carried out from a monocentric cohort including 3829 pregnancy outcomes
Date
Jeudi 15 Novembre 2018
Adresse
27 Boulevard Jean Moulin, 13005 Marseille
Salle de thèse
Jury
Directeur de these Roland SAMBUC Aix Marseille Université
CoDirecteur de these Marie GERVOISE-BOYER Hôpital Saint Joseph
Examinateur Catherine GIRE AP-HM, Hôpital Nord
Examinateur Geneviève BOVERO Maison Départemental de la Solidarité
Rapporteur Gérard BREART UMR 1153 Épidémiologie et Biostatistique
Rapporteur Françoise VENDITTELLI CHU de Clermont-Ferrand

Résumé de la thèse

L’Assistance Médicale à la Procréation est considérée comme une solution thérapeutique en cas d’infertilité. Plusieurs techniques permettent aujourd’hui de répondre aux problèmes de l’infertilité des couples. Au-delà des questions économiques et éthiques qui sont soulevées au niveau de la société, l’impact sur la santé des enfants nés grâce à ces techniques pose de nombreuses questions. En effet, ces techniques ont été introduites chez l’homme sans aucun essai clinique ni aucune évaluation sur les effets à long terme sur la santé. Des publications scientifiques évoquent une augmentation des problèmes de santé chez les enfants nés de ces techniques. Cependant, les différentes recherches sur ce sujet ne peuvent pas encore établir le lien de cause à effet entre les techniques d’Assistance Médicale à la Procréation et les complications de santé des enfants, soit par des limites méthodologiques, soit par des résultats qui divergent des résultats obtenus dans les modèles animaux. L’ensemble des personnes impliquées dans la recherche et le développement de l’Assistance Médicale à la Procréation préconisent un suivi rapproché et exhaustif des enfants conçus, de la naissance à l’âge adulte. Le principal intérêt de ce travail de thèse a été de contribuer au débat existant sur la sécurité de ces techniques en termes de santé et de bien-être des enfants et d’ouvrir de nouvelles perspectives pour de futures recherches sur ce sujet. Dans ce travail, nous présentons trois études rétrospectives réalisées à partir d’une cohorte de plus de 3000 enfants (singletons et jumeaux) constituée depuis 1994 au sein du service de médecine et de biologie de la reproduction de l’Hôpital Saint Joseph à Marseille. Nous avons évalué différents indicateurs de la santé périnatale (la prématurité, le faible poids et la macrosomie à la naissance, l’hypotrophie et l’hypertrophie pondérales par rapport à l’âge gestationnel et les anomalies congénitales), chez des enfants conçus à partir de différentes techniques : fécondation in vitro classique, fécondation in vitro avec micromanipulation, fécondation après transfert d’embryon congelé et fécondation après vitrification et réchauffement ovocytaire. Nos résultats ont suggéré que l’Assistance Médicale à la Procréation, quelle que soit la technique mise en œuvre, était associée à des problèmes de santé chez les enfants nés grâce à ces techniques. Il est nécessaire de continuer à développer des systèmes de surveillance visant à rendre plus performant le suivi de l’état de santé à long terme des enfants concernés, d’autant plus que de nouvelles techniques et procédés continueront à être développés.

Thesis resume

Assisted reproductive technologies are considered as a therapeutic solution in infertility cases. Several techniques allow today to respond to couples’ infertility problems. Beyond the economic and ethical questions that arise at the societal level, the impact on children’s health born after these techniques raises many questions. Indeed, these techniques have been introduced to the human without any clinical trial or assessment of long-term health effects. Scientific publications evoke an increase in health problems in children born from these techniques. However, when exploring this subject, it cannot yet be established the link of cause and effect between these techniques and the complications on children's health, either by methodological limits or by results which diverge from results obtained in animal models. All those involved in the research and development of assisted reproductive technologies recommend exhaustive monitoring of children born, from birth to adulthood. The main interest of this thesis is to contribute to the existing debate on the safety of these techniques regarding children’s health and well-being and to open new perspectives for future research on this subject. This research presents three retrospective studies based on a cohort of more than 3000 children (singletons and twins) constituted since 1994 in the Medicine and Reproductive Biology Department at the Saint Joseph Hospital in Marseille. The thesis evaluates various indicators of perinatal health (preterm birth, low birth weight and macrosomia, small and large for gestational age, and congenital anomalies) in children conceived from different techniques: classical In Vitro fertilisation, In Vitro fertilisation with micromanipulation, fertilisation after frozen embryo transfer and fertilisation after vitrified/warmed oocyte. The results suggest that assisted reproductive technologies, regardless of the technique used, were associated with health problems in children born through these techniques. There is a need to continue to develop surveillance systems to improve the long-term monitoring of the health status of children, especially as new techniques and procedures will continue to be developed.