Soutenance de thèse de Laurie PAHUS

Ecole Doctorale
Sciences de la Vie et de la Santé
Spécialité
Biologie-Santé - Spécialité Ethique
établissement
Aix-Marseille Université
Mots Clés
validité externe,recherche clinique,ethique,pneumologie,medecine fondée sur les preuves,
Keywords
external validity,clinical research,ethics,pulmonology,evidence based medicine,
Titre de thèse
La médecine moderne est-elle fondée sur les preuves? A propos du cas des maladies respiratoires chroniques
Are We Practicing Evidence-Based Medicine? Example of chronic respiratory diseases
Date
Jeudi 27 Septembre 2018 à 14:00
Adresse
Faculté de médecine de Marseille Timone 27 boulevard Jean Moulin 13005 Marseille
Salle de thèse
Jury
Directeur de these Pierre LE COZ Aix Marseille Université
CoDirecteur de these Pascal CHANEZ Aix Marseille Université
Rapporteur Marie-France MAMZER Université Paris Descartes
Rapporteur Arnaud BOURDIN Université de Montpellier
Examinateur Philippe PEDROT Université de Toulon
Examinateur Philippe PICCERELLE Aix Marseille Université

Résumé de la thèse

L’essor de la statistique en médecine est l’ultime étape de la quête d’une médecine scientifique poursuivie tout au long de l’histoire de la discipline. Cette méthodologie de production des preuves médicales est reconnue par les professionnels de santé, les industriels du médicament et les institutions politiques impliquées dans les décisions de santé publique comme un gage de qualité justifiant les prises de décisions médicales au niveau individuel et collectif. Initialement, le concept de médecine fondée sur les preuves est une démarche pédagogique canadienne prônant l’autonomie de chaque praticien dans la recherche, l’analyse critique et l’application personnalisée des preuves disponibles. La démarche rejette le dogmatisme médical reposant sur l’autorité et les avis d’experts. Ce concept a été et demeure largement controversé. Pour autant, il a rapidement traversé les frontières pour devenir - notamment en France - une exigence déontologique et juridique au risque d’une dérive normative. La priorité laissée à la qualité méthodologique des preuves médicales au détriment de leur applicabilité en vraie-vie pose question. L’hypothèse de ce travail est qu’il existe, aux différentes étapes du circuit de la preuve médicale, des biais cognitifs et/ou méthodologiques qui peuvent impacter l’exercice pertinent de la médecine malgré son alibi scientifique. Au travers de l’exemple des maladies respiratoires chroniques, ce travail épistémologique se propose de caractériser la preuve médicale utilisée dans la médecine moderne. Il décompose le circuit de la preuve médicale pour analyser sa méthodologie de production, ses sources, vecteurs et cibles de diffusion, les conséquences de l’implication des agences réglementaires et de l’Etat dans son applicabilité mais aussi les biais cognitifs auxquels sont soumis médecins et patients au cours de son circuit. Il vise à déterminer avec transparence sur quelles preuves la médecine se fonde pour en permettre une utilisation pertinente. Mots clés : Validité externe, Recherche clinique, Médecine fondée sur les preuves, éthique, pneumologie.

Thesis resume

The use of statistics in medicine is the final step for the development of scientific medicine pursued throughout the history of the discipline. This method of production of medical evidence is recognized by healthcare professionals, drug manufacturers and political institutions involved in public health decisions as a pledge of quality that justifies medical decision-making at the individual and collective levels. Initially, the concept of Evidence-Based Medicine is a Canadian educational approach advocating the autonomy of each practitioner in bibliographic research and critical appraisal of available evidence for their use in the context of personalized medicine. The approach rejects medical dogmatism based on authority and expert opinion. This concept has been and remains largely controversial. However, it has quickly become - especially in France - a deontological and legal requirement that could drift back to dogmatism. The priority given to the methodological quality of medical evidence while poor attention is paid to its real-life applicability raises concerns. In this work we hypothesize that, from the production to the use of medical evidence there are cognitive and/or methodological biases that may alter the relevance of medicine practice despite its scientific alibi. Through the example of chronic respiratory diseases, this epistemological work aims at characterizing the medical evidence used in modern medicine. To do so, we analyzed its production methodology, the sources, vectors and targets for dissemination, the consequences of the involvement of regulatory agencies and governments in its applicability, but also the cognitive biases that may apply to physicians and patients. It aims at determining transparently on what type of evidence medicine is based to enable its relevant practice. Key words: external validity, clinical research, evidence-based medicine, ethics, pulmonology.